Err

04 42 07 10 76

La guêpe


 

 

La Guêpe

 

Les différentes espéces de guêpes appartiennent majoritairement au genre Vespula, dans lequel on distingue :

  • La guêpe commune au nid situé dans le sol, dans les cavités des arbres et de l'habitat, elle a une taille de 15 à 20 mm.
  • La guêpe germanique au nid situé également dans le sol, dans les cavités des arbres ou de l'habitat.
  • La guêpe des bois au nid suspendu à de petites branches ou localisé dans le sol.
  • La guêpe coucou, espèce solitaire déposant ses oeufs dans le nid des guêpes rouges.
  • La guêpe rouge au nid localisé dans le sol.


Les guepes se nourrissent de fruits, pommes, poires et prunes. En automne les mâles et les reines éclosent et s'accouplent, les mâles meurent ensuite immédiatement, les reines fécondées hivernent seules ( dans des vieux nids, parties en bois des habitations, dépendances, celliers, combles et greniers....). Elles émergent au printemps pour batir un nouveau nid situé dans le sol, dans les batiments, sur un arbre ou dans un buisson. Ces nids sont constitués d'une sorte de papier cartonné très caractéristique que la reine fabrique en mastiquant des débris de bois et de végétaux avec de la salive. Cette matiére constitue une protection thermique et mécanique ( contre les agressions ).

Les larves éclosent quelques jours après la ponte et sont au départ nourries par la reine. Après quelques semaines elles développent un cocon soyeux et s'enfermeront d'elles mêmes dans une alvéole pour subir leur nymphose. Six semaines après la ponte émerge la première génération d'ouvrière, ce sont des femelles plus petites que la reine. Les ouvrières fraichement écloses prennent le relais de la reine pour agrandir et entretenir le nid, soigner et nourrir les larves, rechercher de la nourriture. Elles ajouteront des cellules radiales autour de celles initialement baties par la reine ; un nid peut comporter jusqu'à huit étages. Les ouvrières vont ensuite rechercher, pour nourrir les larves, des aliments de haute teneur en certaines protéines ( mouches, chenilles, araignées....), en échange les larves exsuderont une sécrétion sucrée très nourrissante qui forunit un complément alimentaire aux fruits habituellement consommés par les ouvrières.

Un nid de guepe constitué peut contenir jusqu'à 20 000 individus. Le froid et le mauvais temps arrivant, les nids meurent avec leurs ouvrières tandis que les reines fécondées entrent en hibernation.

 

Nuisances et dangers des guepes

Aucun hyménoptére ne peut être considéré comme dangereux. De par le rôle qui leur est dévolu dans la nature, ce sont des espèces utiles. Le venin développé par les vespidés, la kinine, est très puissant, souvent inoffensif si l'on ne fait l'objet que d'une piqure. Celle ci peut être dangereuse si elle est mal placée ( des voies respiratoires piquées peuvent se retrouver bloquées par un oedème ). Une grande quantité de piqûres simultanées peut être dangereuse par l'accumulation de venin. On a relevé des phénomènes d'allergies à la kinine. Ces espèces peuvent donc parfois poser problème selon l'importance et la localisation des essaims par rapport à l'habitat. Les guêpes peuvent également ravager les récoltes de fruits pour se nourrir et endommager les constructions pour se procurer du bois pour leurs nids. Les confitures et sirops dont elles raffolent peuvent être l'objet de véritables raids en fin d'été lorsque, libérées de leurs tâches de nourriture des larves elles se consacrent à une quête personnelle de ces aliments.

La douleur provoquée par une piqûre est efficacement apaisée avec une compresse d'ammoniaque, de suc laiteux de pavot, de jus d'oignon, d'huile d'olive ou même d'eau salée. En cas de piqûre à l'intérieur de la bouche ( en buvant dans un verre où se dissimulait une guêpe par exemple ), un réflexe immédiat serait de se rincer abondamment la bouche à l'eau salée, ce qui neutralise l'enflure.


 Retrouvez nos produits anti guepes en cliquant sur le logo.